Les fermes de la vie

 

Pour vous, nos radeaux de sauvetage
Vous, les gens, qui lisez ceci pour la première fois, il faut vraiment écouter sinon, vous allez tomber vous aussi dans le trou. Le gouvernement
Nous recrutons
Nous recrutons des activateurs. Calendrier de formation des activateurs principaux Ce sont les personnes, femmes ou hommes, qui prennent en charge
L'autonomie
L'autonomie pour la future civilisation consiste en deux choses : Se passer de tout ce que la civilisation actuelle produit Produire ce dont les
L'autonomie
L'autonomie pour la future civilisation consiste en deux choses : Se passer de tout ce que la civilisation actuelle produit Produire ce dont les
La résilience
La résilience est la qualité qui défini la capacité d'un système à affronter des attaques. Pour les fermes de la vie la résilience devra affronter
La politique
Notre relation avec la civilisation actuelle. L'organisation des fermes après l'effondrement
La communauté
Construire une communauté dans une nouvelle civilisation... Abandonné tout ce qui nous pourri la vie, mais aussi produire tout ce qui est essentiel
Les terrains
La recherche des terrains est une action qui nécessite une communauté soudée et volontaire. C'est la première difficulté importante qu'il faut

Le dernier été (10)

Je ne sais pas si je commencerai à écrire les chroniques de la vie dans une ferme de la vie. Le monde évolue très rapidement. Nous sommes en train de basculer dans la phase où les choses qui nous concernent ne sont plus maîtrisables même pour chacun de nous.

C’est la phase où le médecin dit à la famille : « il faut se préparer à l’inéluctable, la fin est proche ».

Quand j’analysais, il y a maintenant plus de quatre ans, les causes d’un probable effondrement, que j’écoutais et que je lisais Pablo SERVIGNE, Jean-Marc JANCOVICI, et beaucoup d’autres, que je m’évertuais à lire les rapports scientifiques des bénévoles du GIEC (IPCC), des chercheurs américains ou surtout australiens, j’avais de plus en plus le moral dans les chaussettes.

J’ai alors décidé de trouver une solution. En fait je n’ai pas décidé, mon opinion sur le futur étant faite, il fallait avancer et c’est tout naturellement que j’ai chercher le chemin qui permettrait à mes petits-enfants d’avoir un avenir, peut-être pas celui dont ils rêvaient, mais un avenir qui rempli la vie d’une femme ou d’un homme honnête.

Cette solution se concrétise sous la forme d’une structure comprenant une communauté de cinq cents personnes qui construit tout ce qu’il faut pour vivre dans des conditions pouvant être dantesques, sur un terrain d’un hectare, et un travail de cette communauté de quatre années.

Et de beaucoup de ces communautés reliées entre elles.

Cette solution ne s’oppose pas ni ne gêne en rien cette civilisation, ce qui ne veux pas dire qu’il n’y aurait point eu d’opposition.

Aujourd’hui, je pense que nous n’aurons pas le temps de construire ces canots de sauvetage. Plusieurs raisons à cela :

  • La dégradation générale des conditions de vie. Quand un homme à faim, il ne pense pas qu’il devrait construire ce qui lui donnera à manger avec certitude, il pense à manger, point.
  • Le plongeon de la presque totalité des économies dites avancées dans une crise profonde qui va dégrader encore le système global, pire que 1929, disent beaucoup d’économistes qui, c’est vrai, ont raconté tellement de bêtises.
  • L’attitude des citoyens (si on peut encore utiliser ce mots) qui préfèrent faire la bagarre que construire une solution sereine (l’un n’empêchant pas l’autre). Et ceux qui attendent que tout cela débouche avant de lever le petit doigt. Ils ne vont pas être déçus.
  • La dégradation de petits éléments du système qui en disent longs sur son état général.
  • Etc…

Alors bien sûr, je vais continuer, je suis comme un bœuf qui avance tête baissée.

Et puis des gens très compétents dans le social et humainement hors du commun viennent travailler avec nous, je voudrais citer Adjélé BERTHIER-WILSON, qui est maintenant l’espoir pour agir avant que les situations ne soient trop dégradées.

J’ai personnellement fait l’erreur d’essayer de convaincre des gens, amis sur Facebook, citoyens ordinaires, responsables politiques ou fonctionnaires des administrations. Si tout n’a pas été un échec, il faut bien reconnaitre que ce ne fut pas un succès qui permet de sauver un morceau d’humanité. Alors grâce à Adjele, et comme vous n’êtes pas autonomes dans vos décisions, nous nous adresserons maintenant autant que possible directement aux gens qui ont envie d’agir. Les autres, et bien qu’ils vivent leur vie.

Nous savons qu’environ vingt pour cent des maires de France sont prêt à nous aider. Nous allons leur demander de nous soutenir, parce qu’il est évident que c’est aussi soutenir leur population et que, si ensemble nous arrivons à créer une ferme dans presque chacune de leur commune, alors l’avenir sera plus souriant. Beaucoup de gens, au lieu d’attendre des subsides des services sociaux ou des associations pourront produire leur nourriture à partir du printemps 2021. Ceux là seront indépendant et quasiment sauvés.

Vous qui lisez cela, vous avez la possibilité, pourvu que vous soyez capable de tendresse, d’amitié, d’un peu d’altruisme, de créer votre ferme. C’est simple maintenant. Dans trois mois, ce sera beaucoup plus compliqué, non seulement parce que vous aurez dans vos pattes un nombre de chômeurs que la France n’a jamais connu, mais parce que ces chômeurs ne travaillent plus. Ils ne récoltent plus votre nourriture, ne la trient plus, ne la transportent plus, ne réparent plus les camions, ne réparent plus les pompes à essence, etc… etc…

Il y a encore un peu d’espoir, un tout petit espoir. Aidez-moi à entretenir la flamme.

Didier LAINARD

PS : Parmi les détails qui me mettent le moral dans les chaussettes :

  • Le crédit mutuel est une banque composée en France de plusieurs régions. Si vous avez une nouvelle carte de crédit d’une région, vous ne pouvez retirez de l’argent dans une autre région, au début du mois d’aout. Le CIC, qui est un allié du crédit Mutuel, permet lui ces retraits d’où que proviennent votre carte. C’est une erreur de mise à jour m’a-t-on dit. Que ce soit volontaire est troublant, si c’est une erreur ou un oubli cela l’est encore plus.
  • La France réautorise l’utilisation de pesticides mortels pour les abeilles. Qui est le criminel, et là je parle de crime contre l’humanité, qui permet une telle chose.
  • Etc… mais pour aujourd’hui c’est déjà pas mal.